Recherche sur les reptiles / Découverte d’une 3e nouvelle espèce lors d’une expédition Exo Terra

To view this content, JavaScript must be enabled, and you need the latest version of the Adobe Flash Player.
Download the free Flash Player now!>

Get Adobe Flash player

Pour la troisième fois, une nouvelle espèce de reptile a été découverte au cours d’une expédition Exo Terra. La plus récente expédition, qui a eu lieu dans les Hautes terres du Sud de la Tanzanie, a révélé à la science une toute nouvelle espèce de caméléon. L’animal a été découvert près du cratère Ngozi, dans les monts Poroto. L’espèce a été nommée d’après le responsable de la marque Exo Terra, Emmanuel Van Heygen, et décrite par Petr Nečas dans la revue allemande Sauria, spécialisée en herpétologie.
En voici un résumé :

Un nouveau caméléon du genre Kinyongia TILBURY, TOLLEY et BRANCH 2006, des monts Poroto, Hautes terres du Sud de la Tanzanie (Reptilia : Sauria : Chamaeleonidae)
Petr Nečas

Kinyongia vanheygeni

Kinyongia vanheygeni

Holotype :

ZFMK 88383, mâle préreproducteur, recueilli par des fermiers locaux, printemps 2005, monts Poroto, Hautes terres du Sud de la Tanzanie, approx. 9°0' S., 33°45' E.

Paratypes :

Aucun.

 

Matériel de comparaison :

1. description verbale (Nagy in extenso);
2. photographie d’un adulte par Emmanuel Van Heygen, novembre 2008, forêt de Ngozi (9°1'39,87" S., 33°33'54,21" E.), monts Poroto, Hautes terres du Sud de la Tanzanie.

Différenciation :

Longueur totale environ 15 cm; longueur de la queue distinctivement supérieure à la longueur tête-tronc; écailles légèrement hétérogènes sur le corps et homogènes sur les pattes et la queue; tête relativement longue, avec un casque distinctif qui s’élève seulement derrière les orbites en une crête pariétale en forme d’arche et qui dépasse nettement la surface du dos; projection rostrale avec deux rangées dorsales parallèles et longitudinales de 3 écailles coniques élargies, ce qui distingue cette espèce des autres espèces connues de Kinyongia.

Description de l’holotype :

Kinyongia vanheygeni

Longueur totale 128 mm, queue (bout tronqué) 67 mm, longueur tête-tronc 61 mm; écailles sous-hétérogène sur le corps, écailles sur les flancs relativement petites, rondes, sous-homogènes, regroupées en plaques rondes ou ovales contenant de 8 à 12 écailles; plaques réparties régulièrement, séparées par de larges zones de peau interstitielle, formant un motif réticulé; écailles homogènes sur les pattes, la queue et la gorge, écailles sur les pattes plus grandes que celles des flancs, celles des pattes avant légèrement plus grandes que celles des pattes arrière; écailles sous-caudales rectangulaires, placées en rangées distinctes sur toute la longueur; écailles gulaires homogènes, disposées en rangées longitudinales, séparées par 5-6 bandes de peau interstitielle; absence de crête dorsale, à peine 2 rangées identiques d’écailles indistinctes sur le dos; absence de crêtes gulaire et ventrale; largeur de la tête 11 mm, tête 2,33 fois plus longue que large, avec un casque modérément haut (voir le tableau 1 pour les dimensions); absence de lobes occipitaux; crête pariétale peu élevée à la base, ne s’élevant qu’à mi-chemin entre les orbites et au sommet du casque, couverte d’écailles élargies et compressées latéralement, hauteur 3,2 mm au-dessus de la surface du dos; casque et région temporale recouverts d’écailles élargies et aplaties; écailles granuleuses élargies sur la crête latérale; les crêtes rostrales se rencontrent au bout du rostre et forment une corne rostrale qui se prolonge au-delà du bout du rostre (de 2,5 mm); les crêtes rostrales ne fusionnent pas, elles se terminent chacune par une écaille conique pointue, écailles qui sont séparées entre elles par un espace concave; corne rostrale pourvue de 2 rangées d’écailles parallèles et longitudinales dont chacune est formée de 3 écailles coniques élargies, ce qui lui donne une apparence dentelée lorsque vue de côté; paupières pourvues d’écailles petites et homogènes; narines situées à mi-chemin entre le bord antérieur des orbites et le bout du rostre; absence de crête temporale.

Tableau 1 :

Kinyongia vanheygeni

* Dimensions calculées relativement à la longueur tête-tronc connue (66 mm), à partir des photographies disponibles.
** Bout de la queue manquant.

Étymologie :

Kinyongia vanheygeni

Espèce nommée d’après le Belge Emmanuel Van Heygen, qui a été le premier à en photographier un spécimen dans son habitat naturel.

Couleurs :

Voir les photos.

Comparaisons :

Voir le tableau 2.

Biologie :

Inconnue.

Distribution :

Inconnue en dehors de la terra typica, mais probablement très limitée.

Kinyongia vanheygeni

Menaces :

Destruction de son habitat naturel.

Emplacement connu du congénère le plus près :

Environ 350 km ENE dans les monts Udzungwe (K. oxyrhina).

Relations cladistiques :

Non étudiées; sa taille réduite semblerait indiquer des liens avec K. tenuis et K. oxyrhina (voir le tableau 2), mais la forme de la projection rostrale le relierait plutôt à K. uthmoelleri (voir le tableau 2); la forme de la corne rostrale pourrait également représenter le stade évolutif initial puisqu’elle apparaît ainsi chez les jeunes K. boehmei mâles.

Tableau 2 : Caractéristiques permettant de distinguer Kinyongia vanheygeni n. sp. de toutes les autres espèces connues du genre Kinyongia (mâles adultes seulement)

Kinyongia vanheygeni
 
FacebookYouTubeTwitterGoogle PlusLogo Conservation Networking

Accounts

Mot de passe oublié ?

Register Now
Troisième découverte d’une nouvelle espèce lors d’une expédition Exo Terra